La superficie du lac est de 304 ha ?

Vrai.



C'est la surface, calculée depuis bien longtemps, par EDF. Dans le passé, dans certaines publications d'offices du tourisme, on a pu lire 400 ha. Mais cette erreur a été corrigée. L'opérateur et les spécialistes du tourisme sont d'accord sur le volume d'eau de la retenue : 51 millions de m3. Ce qui en fait le plus grand lac artificiel de Bretagne.

 

 

Y-a -t- il un clocher d'une église et un village dans la vallée engloutie de Guerlédan ?

Faux.



Il n'y a pas d'église au fond du lac de Guerlédan et encore moins de village !!!.

 

En revanche, il y a les vestiges de 18 écluses, et 7 maisons d'éclusiers, 5 maisons de carriers, 2 fours à pain et un moulin (Beau Rivage - Anse de Kergoff). C'est à Tréganton, Anse de Sordan et Beau Rivage qu'il y en a le plus de vestige à observer. 

 

Par ailleurs, des puits de carrières d'ardoise ainsi que des tue-vents (abri où le shiste était jadis fendu et taillé pour faire des ardoises) sont aussi présents dans le fond de la vallée de Guerlédan sans oublier de nombreux arbres parfaitement conservés.

 

 

Le barrage appartient à EDF ?

Faux.



C'est l'État qui en est propriétaire. Une concession a été accordée à EDF en 1946, lors de la nationalisation du gaz et de l'électricité. Elle a été renouvelée en 2008 pour quarante ans, jusqu'en 2 048 donc. C'est d'ailleurs à l'occasion de ce renouvellement que le cahier des charges de l'opérateur a été modifié, sous la pression des élus des communes située en aval, à commencer par le député de Pontivy Jean-Charles Cavaillé. Depuis 2008, l'exploitant doit maintenir un « creux » de 2,50 m dans la retenue d'eau, de façon à amortir une éventuelle crue du Blavet qui l'alimente.

 

 

L'usine hydroélectrique a -t- elle réellement un rôle important dans la production d'électricité ?

Vrai.



Son importance ne vient pas de la quantité d'électricité produite. La puissance installée est de 15 mégawatts. De quoi alimenter une ville de 15 000 habitants comme Pontivy. Et peu comparé aux 240 MW de l'usine marémotrice de la Rance. Mais elle joue un rôle important lors des pics de consommation, en hiver notamment, quand le barrage est le mieux alimenté en eau.

 

 

Peut-on observer de près le barrage pendant l'assec ?

Vrai.



Pendant le fonctionnement habituel du barrage, le mot sécurité est écrit avec un « S » majuscule. Pendant les travaux, il s'écrit avec un triple "S". Ainsi, de mai à octobre, l'accès à proximité du barrage est strictement inderdit. Impossible pour les curieux de s'approcher des lieux. Le site des travaux est clôturé pendant toute la durée du chantier.  

 

Cependant, à partir de l'Anse de Guerlédan (Mur de Bretagne), le site permet d'avoir un point vue unique sur le barrage coté amont ainsi que sur les travaux engagés par EDF.  

 

Le chemin de randonnée "Tour du Lac" permet également en toute sécurité, de voir de près le barrage et le complexe hydroélectrique de Guerlédan.

 
Nous sommes à votre écoute 02 96 28 25 17
Agence web Bretagne